Événements

Mgr BERNARD ARDURA avec Mme PIERRETTE BERENGIER et M. ANDRE GABRIEL

Vendredi 2 décembre à 18h
PRESENTATION & SIGNATURE Pour la première fois est publiée l’intégralité de l’imposante correspondance de l’auteur à sa mère dans une édition bilingue. « Mon Journal » a la caractéristique d’être une collection de lettres reliées écrites par le Père Xavier au gré de ses nombreuses activités, tant pastorales que culturelles, couvrant les années de 1881 à 1901, année du décès de sa mère. Cette édition bilingue entend restituer la vivacité et le caractère direct des dialogues, des récits et des descriptions dans la plus grande fidélité au texte provençal, tout en rendant le texte français accessible aux lecteurs peu familiers avec les expressions et les tournures typique du sud de la France.   « Moun Journau - Mon journal, Xavier de Fourvières », Bernard Ardura, LEV éditions, coffret 2 volumes brochés, 2194 pages, 80 euros.

KERWIN SPIRE

Jeudi 1 décembre à 18h00
PRESENTATION & SIGNATURE Nous aurons le plaisir de recevoir Kerwin Spire à l’occasion de la parution du deuxième livre de sa trilogie qui dresse grâce, à des archives inédites, un portrait tendre et vivant d’un Romain Gary au firmament de sa légende.  Après un 1er volet consacré à l’intense période 1956-1960 au cours laquelle Romain Gary est Consul général à Los Angeles et mûrit intérieurement La Promesse de l’aube, le 2ème volet est consacré à l’écrivain - réalisateur, devenu incontournable de Saint-Germain-des-Près, qui ne cesse de se réinventer, malgré ses doutes, dans un monde lui-même en perpétuel changement.  « Un livre épatant qui fait dialoguer l’écrivain dans des moments cruciaux adoubés par l’Histoire » Bernard Pivot « Monsieur Romain Gary – Ecrivain- Réalisateur », Kerwin Spire, éditions Gallimard, 20.50 « Monsieur Romain Gary – Consul général de France », Kerwin Spire, éditions Folio Gallimard, 8.40

FREDERICK CASADESUS

Jeudi 17 novembre à 18h00
RENCONTRE & SIGNATURE Entretien avec Werner Burki Gloire à la famille Casadesus ! En cent cinquante ans, sept générations d’artistes se sont succédé sur les planches. De l’actrice Francesca, l’aïeule catalane, à Jean-Claude, chef d’orchestre, en passant par Gisèle, la grande comédienne décédée en 2017, la smala Casadesus s’est illustrée dans tous les domaines artistiques. Luis, le fils de Francesca, musicien autodidacte, ne l’entendait de toute façon pas autrement : ses enfants devaient être artistes ! C’est l’un des leurs, Frédérick Casadesus, qui nous conte la saga de cette famille haute en couleur, riche de musiciens, de chanteurs et de comédiens. D’une plume aussi brillante que sincère, à distance de l’hagiographie comme du dénigrement, il réussit, à travers le roman de sa famille, bien des exploits : dire l’ineffable, capter l’esprit de tout un clan, raconter la France. « Les Casadesus », Frédérick Casadesus, éditions du Cerf, 20

JARED MCGINNIS

Samedi 15 octobre à 17h30
PRESENTATION & SIGNATURE Dans le cadre d'Automne en Librairies, nous accueillerons Jared McGinnis, auteur américain vivant à Marseille, pour parler de son roman "Le Lâche" paru en septembre.  Un terrible accident de voiture, une femme meurt, un homme reste paralysé et un père retrouve son fils. Dix ans après s’être enfui de sa maison, l’adolescent qui fuguait sur les trains de marchandises et qui traversait le pays en stop est maintenant en fauteuil roulant. Son père, aussi aimant qu’écorché, est la seule personne qui viendra sans hésiter le chercher à l’hôpital. Le Lâche est un premier roman poignant, touchant et plein d’humour sur les retrouvailles impossibles, les reconstructions d’un corps, d’une relation, d’une vie, d’une mémoire, et sur la possibilité de redécouvrir le bonheur quand tout semble perdu. Ce livre décapant, qui explore avec puissance le pardon et le regard d’autrui sur la différence, signe la naissance d’un grand auteur capable de faire cohabiter la brutalité avec la lumière, le rire et la tendresse avec les souvenirs explosifs, le café filtre et les donuts avec l’ivresse de l’aventure. « Le Lâche », Jared McGinnis, éditions Métailié, 22

YVES GAUTHEY

Samedi 28 mai à 18h00
RENCONTRE & SIGNATURE Yves Gauthey viendra nous présenter son ouvrage sur Marseille, Les Rocailles Une Architecture Oubliée, un riche exposé suivi d'un signature. A la fin du 19e siècle et au début du 20e, les rocailleurs provençaux avaient entremêlé leur culture populaire à celle d’une bourgeoisie nouvelle en quête de romantisme mais aussi de conquêtes coloniales ou d’exotismes divers. Disposant d’une grande liberté, ils avaient inventé des ornementations singulières dans ces jardins et maisons rêvés. Ces flâneries insolites vous proposent d’explorer ce patrimoine souvent méconnu mais unique en France pour son originalité : l’architecture des rocailles à Marseille et en Provence. La plupart des sculptures sont cachées dans des propriétés privées. L’auteur Yves Gauthey, à force de recherche, les a patiemment dénichées. Redécouvrez-les et laissez-vous aller à l’émotion en redevenant ce citadin en quête de visions bucoliques. La balade en mots et en images vous transportera dans des voyages immobiles au gré de ces décors imaginés par les artistes du ciment. « Les Rocailles, Yves Gauthey, Mémoires Millénaires éditions, 19

PAULINE CLAVIERE

Vendredi 17 juin à 18h00
RENCONTRE & SIGNATURE Nous aurons le plaisir d'accueillir l'auteure, à l'occasion de la parution de son deuxième roman Les Paradis gagnés, pour une présentation suivie d'une séance de signature. C’est l’été à Paris. Certains marchent d’un pas léger dans ce paradis de pierre et d’histoire. D’autres espèrent l’oubli ou la rédemption, sous le soleil éclatant. Et tous croient au destin. Max est sorti de prison. Il retrouve peu à peu ses sensations d’homme libre, et Laure qu’il aime, et sa fille Mélodie, mais une ombre le suit : est-ce l’angoisse qui désormais recouvre tout ou ce qu’il a fait et vu derrière les murs de la maison d’arrêt ? Ilan erre dans Paris, tel un faon blessé, il cherche son frère Amin et son père, venus de Syrie eux aussi. Laure n’a pas connu la prison, mais la violence dorée du pouvoir, sale comme une main, comme une passion mauvaise. Marcos est malade, il a quitté sa cellule, il se bat et refuse les sentences définitives. Max lui rend visite. C’est un Paris en habits d’été, où les femmes et les hommes poursuivent une quête. Cherchent-ils un refuge ? Une échappée ? Un dernier amour ? ou simplement continuer à vivre sans les coups, les casiers judiciaires, les mauvais gestes ? Tous se cherchent, se frôlent, se méconnaissent, parfois se désirent, souvent se menacent. La violence habite notre monde comme une prison, mais la douceur aussi. Les paradis ne sont pas perdus : telle est la leçon de Pauline Clavière, dans ce roman noir et tendre impossible à quitter. « Les Paradis gagnés, Pauline Clavière, éditions Grasset, 22  

NICOLAS D’ESTIENNE D’ORVES

Jeudi 5 mai à 18h00
PRESENTATION & SIGNATURE Nous accueillerons Nicolas d'Estienne d'Orves pour une présentation de son dernier roman sur le personnage de Max Toppard, suivie d'une séance de signature. La vie de Max Toppard reste une des énigmes les plus étranges de l’histoire du cinéma mondial. Aucun artiste n’a laissé dans son sillage tant de questions sans réponses. Sa vie se confond, sur près d’un demi-siècle, avec celle du 7e art. Pourtant, pas un film, pas une interview, pas même une photographie n’atteste de son existence. Pourquoi ? Que signifie cette absence de traces ? Cet homme qui n’a « cessé d’imaginer sa vie » a-t-il vraiment existé ? Lorsqu’une jeune journaliste décide d’enquêter sur ce cinéaste, ses recherches réveillent des spectres de plus en plus menaçants : films interdits, acteurs fous, producteurs assassins. Seule certitude : le secret de Max Toppard est un secret qui tue. Des frères Lumière aux films des années 1960, le nouveau roman de Nicolas d’Estienne d’Orves, l’auteur des Fidélités successives, est un fascinant voyage au cœur de l’illusion cinématographique.  « Ce que l’on sait de Max Toppard, Nicolas d’Estienne d’Orves, Albin Michel éditions, 21.90€

DOMINIQUE DE SAINT PERN

Jeudi 7 avril à 18h00
PRESENTATION & SIGNATURE Après le 1er volet consacré à la jeunesse d'Edmonde Charles-Roux paru en 2019, Dominique de Saint Pern nous présentera "Edmonde, l'envolée" à paraitre le 6 avril. Edmonde, la jeune effrontée née sous une bonne étoile, délivrée de la 5e division blindée du Général de Lattre, sort de la guerre, vivante. Qui est-elle alors, en 1945, à 25 ans, les pommettes hautes, le feu au cœur, ni mariée ni fiancée, ni soumise ni offerte ? On lui donnerait le Bon Dieu sans confession. Elle sourit : voilà que les Lazareff, le couple qui fait la presse et les dîners parisiens les plus courus, lui offre son premier emploi à Elle. Elle cligne des yeux sous les flashs de son ami Robert Doisneau : voilà que le puissant groupe Condé Nast lui déroule le tapis de Vogue, dont elle prendra la direction, et dont seule l’arrachera en 1966 une cover avec un mannequin trop noir et très Pop Art. Mais l’année 1966, où elle remporte le prix Goncourt avec Oublier Palerme, son cœur bat la chamade en croisant le maire de Marseille, Gaston Defferre, l’homme au chapeau et au groupe de presse. La demoiselle a fait sa métamorphose : Edmonde en dame de fer, en compagnon de route du socialisme, en Marseillaise parfois éprise du peuple qui l’amuse, cumule les contradictions : Yves Saint-Laurent et François Mitterrand, les chauffeurs et les fêtes du parti communiste. Edmonde s’envole. Où ? Elle veut tout, elle aura tout. Après Edmonde paru en 2019, Dominique de Saint Pern nous raconte cette femme hors du commun, en technicolor. Un livre exceptionnel, un roman vrai, une femme libre. « Edmonde, l’envolée », Dominique de Saint Pern, Stock éditions, 22

MARINA CHICHE

Vendredi 4 mars à 18h00

PRESENTATION & SIGNATURE

Nous aurons le plaisir d'accueillir Marina Chiche pour son livre hommage aux grandes musiciennes, interprètes souvent et injustement méconnues ou oubliées. Si les noms de Maria Callas, Jacqueline du Pré et Clara Schumann nous sont familiers, qui connaît aujourd’hui ceux de Maud Powell, Hazel Harrison, Antonia Brico ou Nejiko Suwa ? Derrière ces noms se cachent pourtant des interprètes exceptionnelles que l’histoire de la musique a oubliées, comme beaucoup d’autres, parce qu’elles étaient des femmes. Grâce à ce livre, je souhaite leur rendre hommage et les réhabiliter au panthéon de l’histoire de la musique. Certaines ont dû exploser des plafonds de verre pour accéder à l’enseignement supérieur malgré des règlements qui les en excluaient. D’autres ont réussi à force d’audace et de persévérance à se faire engager comme solistes ou à entrer dans de grands orchestres jusqu’alors exclusivement masculins. Certaines sont des anticonformistes, des suffragettes, des pionnières, des féministes engagées. "C’est précisément cette diversité infinie de profils et de parcours qu’il me semble si important de voir représentée dans notre imaginaire collectif." Pour penser au présent et au futur un monde où chacun trouve sa place, il est essentiel que l’histoire soit écrite au masculin et au féminin. Il est donc temps de célébrer ces grandes musiciennes du passé et de faire savoir ce dont elles ont été capables. Musiciennes de légende, Marina Chiche, éd First, album relié illustré, 176p, 21.95

Clémence Revest

Vendredi 11 février à 18h00

PRESENTATION & SIGNATURE

INTERVENANTS Jean Boutier et Bruno Bernardi Nous recevrons Clémence Revest pour son ouvrage qui met en pleine lumière un moment décisif mais relativement méconnu de la naissance du mouvement humaniste dans l’Italie du début du Quattrocento. En effet, ce n’est pas à Florence, mais à la cour des papes revenue à Rome que s’épanouit et s’affirme une nouvelle génération d’intellectuels, au sein d’un milieu cosmopolite, travaillant dans l’administration pontificale et au service des élites ecclésiastiques. Et c’est dans un contexte de crise profonde, le Grand Schisme d’Occident, que la papauté s’ouvre à l’idéal d’une Renaissance. Au fil d’une enquête croisant sources d’archives et œuvres littéraires, l’histoire de ce tournant est retracée, de l’afflux de jeunes lettrés en quête de fortune dans une institution divisée, aux débuts d’une révolution rhétorique et idéologique. Roman veni, Clémence Revest, éd Champ Vallon, 424p, 30

Cyrille Gouyette

Jeudi 25 novembre à 18h00

RENCONTRE & SIGNATURE

Si certains artistes urbains revendiquent des références à la tradition, d’autres semblent s’en détacher totalement. Pourtant, inconsciemment ou délibérément, tous se rattachent, par le style, le sujet, la technique à une histoire de l’art qui débute à la Préhistoire. Le propos de cet ouvrage est de montrer, à partir d’un vaste choix d’artistes (plus de 200) parmi les plus emblématiques de la scène urbaine contemporaine, comment leurs créations se réfèrent à l’histoire de la création artistique occidentale.

Diplômé d’un DEA en histoire de l’art à l’Université de Paris I, Panthéon Sorbonne. Entré au service culturel du musée du Louvre en 1993, il conçoit et anime des ateliers pédagogiques au Louvre. En charge de la programmation pour les publics jeunes, il fait intervenir les artistes contemporains au musée lors de soirées exceptionnelles. Une STREET histoire de l'art, Cyrille Gouyette, éditions Alternatives , 25€

FRANCK BOUYSSE

Jeudi 8 octobre à 18h00

RENCONTRE & SIGNATURE

Dans le cadre d’Automne en librairie, en partenariat avec l’association, Libraires du Sud, nous recevrons Franck Bouysse pour la présentation de son dernier livre Fenêtre sur terre. C’est son texte le plus intime, un récit fait de textes en prose alternant avec des poèmes en vers et des photos de l’artiste qui racontent son arrière-pays d’écriture : sa Corrèze quotidienne depuis son enfance. On y retrouve toute l’authenticité et l’ambiance claire obscure de sa littérature que nous évoquerons avec lui. Soutenu par les libraires depuis la parution de son premier livre Grossir le ciel en 2014, lauréat de nombreux prix, Franck Bouysse est l’auteur de Né d’aucune Femme un des romans français incontournables de 2019. La Fenêtre sur terre, Franck Bouysse, éditions Phébus 18€ -

Olivier Bellamy

Jeudi 23 septembre à 18h00
RENCONTRE & SIGNATURE L’auteur nous brossera le portrait de cette personnalité fascinante, cofondatrice du festival d’art lyrique d’Aix, mécène et protectrice de nombreux artistes et musiciens, particulièrement aux sombres heures de l'occupation.